Jacques Perconte
Presse / textes / retour .

  13 juin 2016   document complet :: 3092 chars → 530 mots
161 BLG :: BLOGE PR :: PRESSE
Sans, Narthex.
La nature: de Gustave Courbet aux artistes du XXIe siècle, regards croisés
www.narthex.fr/news/la-nat...
pdf

Au milieu du XIXe siècle, Gustave Courbet encore emprunt du paysage classique idéal et recomposé des maîtres des siècles précédents, couche sur la toile ce qu’il voit et ce qu’il ressent. La matière, le réel ou l’illusion du réel, le symbole, la lumière de Courbet sont des champs explorés par les artistes aujourd’hui encore. Pour les 10 ans de son centre d’art contemporain, l’abbaye d’Auberive située en Franche-Comté où Courbet a grandi, se lie à l’Institut Courbet pour proposer jusqu’au 25 septembre 2016 un regard croisé autour du paysage. La peinture-collage de Paul Rebeyrolle, la peinture matière de Ronan Barrot ou la vidéo de Jacques Perconte deviennent, comme chez Courbet, matière à ressentir et non plus seulement à voir.

Gustave Courbet révolutionna les codes académiques en peignant le monde familier, domestique, sur les grands formats réservés à la peinture d’histoire, aux scènes bibliques ou mythologiques. Ses paysages, eux, sont moins connus car ne sautent pas à la vue par leurs dimensions ou leurs provocations. Pourtant, ils ouvrent la voie aux recherches impressionnistes sur les ombres colorées, comme le raconte le critique d’art Castagnary : « Regardez l'ombre dans la neige, me dit Courbet, comme elle est bleue... Voilà ce que les faiseurs de neige en chambre ne savent pas.»

Ainsi ses peintures de paysage font notamment l'admiration de Cézanne : « Son grand apport, affirme-t-il à propos de Courbet, c'est l'entrée lyrique de la nature, de l'odeur des feuilles mouillées, des parois moussues de la forêt, dans la peinture de dix-neuvième siècle [...]. Et la neige, il a peint la neige comme personne !. »

Plus d’une vingtaine d’œuvres issues de l’Institut Gustave Courbet, de collections privées, du Musée Courbet à Ornant, et du Musée Max Claudet à Salins, témoignent de ce réalisme où s’entremêlent la passion, l’impétuosité, mais aussi un certain symbolisme et un mysticisme qui ont nourri les artistes d’aujourd’hui :
La matière picturale explorée par Paul Rebeyrolle et Eva Jospin, l’onirisme tourmenté de Fabian Cerredo et d’Antoine Correia, la lumière blanche de Malgorzata Paszko ou celle, cristalline, d’Evi Keller, les couleurs saturées de Jacques Perconte…

L’abbaye d’Auberive consacre une salle de l’exposition aux artistes ayant œuvré, dans l’ombre, dans l’atelier de Gustave Courbet près d’Ornan. Participant à faire de Gustave Courbet un des maîtres de la peinture de paysages d’une authenticité nouvelle.


à venir : pièces liées / périmètres articles / auteurs / médias / registres / ...
❤︎ / jacques perconte