Jacques Perconte
Presse / textes / retour .

  14 janvier 1999   document complet :: 3498 chars → 605 mots
046 QUO : QUOTIDIEN PR :: PRESSE
Lotodé, Ludovic, Sud Ouest.
Naissance de Chloé

Tournage aux capucins

Depuis trois nuits, une équipe de cinéma d’art et d’essai tourne aux Capucins. Petits problèmes…

Une jeune équipe de cinéastes amateurs réalise actuellement un longmétrage, ‟ Chloé ”, dans la région de Bordeaux. Pendant trois jours, le tournage s’est déroulé le soir à  la Lune dans le caniveau, où se déroule l’une des premières scènes du film : la rencontre du couple sur lequel est centré le reste du scénario.

Elle, Chloé, est Laétitia Defendini dans la vie réelle à  Bordeaux, où elle poursuit ses études d’art du spectacle, et celui qui lui donne la réplique directe est Yann Clément, un jeune comédien amateur qui prend manifestement plaisir à  s’évader de son ordinaire d’employé de société pétrolière. Leur histoire d’amour dans le film repose sur la superposition perpétuelle de trois moments forts : la rencontre, la fantasmagorie qu’elle suscite et les premières difficultés.

Pour le réalisateur, Jacques Perconte, plasticien toqué d’informatique, ce qui lui vaut d’être habituellement chargé de la réalisation du site Internet du cinéaste Jean Kouen, un petit problème s’est posé d’entrée de jeu : comment recruter des figurants, notamment pour danser ? ‟ Nous nous y sommes sans doute pris trop tard. Trop peu de monde avait été prévenu à  temps ”, avoue le patron du plateau qui ne s’y fera pas reprendre la prochaine fois.

Cependant, l’ambiance est excellente, et c’est pour cela que certains sont venus tous les soirs. ‟ On s’amuse vraiment ”, raconte Xavier, un figurant. Jacques Perconte raconte ainsi que le dimanche soir, alors que tout était fini pour la soirée, personne ne voulait partir : ‟ On a peu de figurants, mais ils sont vraiment bien ”, commente-t-il.

Une production régionale

Pendant trois jours, une centaine de jeunes a donc dansé, parfois avec musique, parfois sans, pour faciliter les prises de son. L’ambiance de ces scènes est en fait assurée par un groupe bordelais, Zombie Eaters, qui joue son propre rôle en donnant un concert, et qui s’occupe également de la musique du film.

Les acteurs, quant à  eux, ont été recrutés par casting autour de Bordeaux. ‟ Ce film est vraiment une production régionale ”, assure Jacques Perconte. Le tournage, qui vient de commencer, devrait encore durer un mois et demi. Mais le travail sera loin d’être fini pour le réalisateur et pour Nicolas Wipliez, qui gère les aspects techniques. Il faudra encore monter le film, rajouter quelques effets, la musique…

Il est donc difficile de dire quand sortira ce film d’art et d’essai. De toute façon, le but est, tout en travaillant dans une ambiance sympathique, d’acquérir une expérience. Comme celle dont leur a fait profiter Jan Kounen, réalisateur de ‟ Doberman ”, en leur apportant son soutien, ainsi que quelques conseils…


à venir : pièces liées / périmètres articles / auteurs / médias / registres / ...
❤︎ / jacques perconte