Jacques Perconte
Presse / textes / retour .

  30 juin 2015   fragment du document :: 2222 chars → 389 mots
047 PEL :: PRESSE EN LIGNE PR :: PRESSE
Dénouette, Adrien, Critikat.
24e festival Côté Court de Pantin, la petite bête
www.critikat.com/panorama/...
pdf
[...] Dans la liste des films qu’il ne fallait pas manquer, et qu’Antoine Desrosières n’était pas près d’éclabousser, le météore de Jacques Perconte survolait les débats. Classé en compétition « Expérimental », Ettrick prolonge le travail fondateur mené par le vidéaste depuis le milieu des années 1990. Pionnier du numérique, Perconte est l’un des premiers à avoir fouillé dans le medium pour réinventer la syntaxe du montage. C’est ainsi qu’en affinant sa pratique du « datamoshing » (effet d’impureté très répandu, qui consiste à faire bugger l’image au point d’obtenir un gros nuage de pixels, et que le cinéma mainstream s’accapare aujourd’hui, à l’image d’Holy Motors qui s’est directement attaché les services de Perconte, et du très récent Unfriended), l’artiste dresse le portrait d’une région d’Écosse tout en bavures et textures labiles. Loin de consister en une simple compilation de ses trouvailles plastiques, le film s’attache à inventer de nouvelles collusions sidérantes : le montage ne s’y apparente plus à un bout à bout, ou un fondu de plans ; mais à de la matière d’image en fusion, trouvant dans ce magma une source infinie d’enchaînements possibles. C’est ainsi qu’au tressage des surfaces encodées fait écho le tissage des laines de mouton, filmé dans une fabrique locale. D’écheveaux en tentures, l’image digitale devient une étoffe comme une autre ; et Perconte, moins le peintre tant glosé, qu’un tisserand prodigieux. On cherchait les racines du numérique chez Brakhage ou les pointillistes, Ettrick invite à fouiner du côté de Bayeux, où le métier du brodeur a décidément plus à voir avec le travail du vidéaste qu’on ne l’aurait cru. [...]

à venir : pièces liées / périmètres articles / auteurs / médias / registres / ...
❤︎ / jacques perconte