Jacques Perconte
Presse / textes / retour .

  16 octobre 2015   fragment du document :: 1627 chars → 274 mots
168 REL :: REVUE EN LIGNE PR :: PRESSE
Tosi, Michel, Resmusica.
L’espace multimédia des turbulences électroniques
www.resmusica.com/2015/10/...
pdf

[...]

Un rien éclectique, la deuxième partie de la soirée chemine entre …sofferte onde serene…de Luigi Nono – mixant le piano (Hidéki Nagano) avec le support électroacoustique – et le turbulent Try pour ensemble de l’Américain Andrew Norman, en passant par la vidéo d’Herman Kolgen sur le Quatuor à cordes n°2 de Philip Glass. On termine avec la création mondiale de ripple marks (rides ondulantes) du compositeur et cinéaste belge Thierry De Mey qui réalise lui-même et la musique et la partie vidéo, à la faveur d’un dispositif interactif reliant le geste musical et l’inscription graphique. La partition pour harpe, alto et clarinette procède d’une écriture très éruptive, jouant sur le spectre toujours mouvant d’une même image sonore. La vidéo toute en finesse tisse des figures arachnéennes entretenant avec le mouvement musical une mystérieuse complicité.
La Salle des concerts est restée quasi pleine pour le dernier « round », une performance très attendue réunissant Jeff Mills aux manettes, Jacques Perconte aux images et le violoncelliste de l’EIC Eric-Maria Couturier, inscrivant sa partie instrumentale improvisée sur les sons fixés de l’électronique : autant de ressources pour plonger le public dans un espace immersif et chatoyant, durant les 45 minutes d’un spectacle multimédia très galvanisant.




à venir : pièces liées / périmètres articles / auteurs / médias / registres / ...
❤︎ / jacques perconte